Michelin Power Endurance : l’avaleur de kilomètres en test longue durée

0
Le Michelin Power Endurance est un avaleur de kilomètres.
Le Michelin Power Endurance est un avaleur de kilomètres.

Depuis sa sortie le pneu vélo route Michelin Power Endurance ne cesse de faire parler de lui, en bien évidement ! Il était donc normal de réaliser un test longue durée pour observer le comportement de ce nouveau venu qui vient se positionner dans un secteur de gamme ultra bataillé avec comme leader le Continental Grand Prix 4000 SII.

Le Michelin Power Endurance fait grimper les performances d'un niveau par rapport au Pro4 Endurance.
Le Michelin Power Endurance fait grimper les performances d’un niveau par rapport au Pro4 Endurance.

La gamme Michelin Power se décline sur trois niveaux. Le Michelin Power Compétition, le Michelin Power Endurance et le Power All Season.  Volontairement nous nous sommes orientés vers le Michelin Power Endurance. Nous voulions le comparer au leader Allemand le Continental GP 4000SII que nous utilisons aussi.

Des performances à la hausse pour le Michelin Power Endurance

La forme spécifique du dessin est présent pour augmenter l'adhérence dans les virages.
La forme spécifique du dessin est présent pour augmenter l’adhérence dans les virages.

Le lancement de ce nouveau pneumatique de la marque Clermontoise annonçait des performances réellement en hausse par rapport au Michelin Pro 4 Endurance. A savoir un gain de 8.6 watts par paire de pneumatique au niveau du rendement (63 secondes de gagnées sur 40km à 35km/h de moyenne). Ce gain est le résultat de l’utilisation d’une nouvelle gomme X-Miles Compound et de la carcasse 3x110tpi. De plus le Michelin Power Endurance présente une conception bi-gomme pour offrir une très faible résistance sur la partie supérieure et un grip excellent sur le flanc. D’un autre coté la résistance à la crevaison a été améliorée de 20% avec l’utilisation du renfort  Aramid Protek+.

Le sens de rotation est primordial pour apprécier les qualité de ce pneumatique.
Le sens de rotation est primordial pour apprécier les qualité de ce pneumatique.

A noter aussi le sens de montage obligatoire (voir la flèche sur le flanc du pneumatique) et les dessins sur la partie latérale du pneumatique en forme d’étrave. Enfin des témoins d’usure sont présent pour vous indiquez ou vous en êtes de la durée de vie de votre pneumatique. La section que nous avons sélectionnée est de 70×25. Le poids respectif des deux pneumatiques est de 232 et 236g pour 230g annoncé dans cette version. Au niveau de la largeur voici notre relevé sur une jante classique en aluminium et à 8 bars : 26,2mm au plus large.

Une mise en service rapide, des sensations immédiates

Le montage va nécessiter l’utilisation d’un démonte pneu car une légère raideur est présente sur ce nouveau modèle du Michelin Power Endurance. Avec toute la précaution utile au montage, il n’y a aucune remarque particulière à faire sur ce point. Le pneu se met immédiatement en place et tourne rond. Le début du test peut donc commencer avec en préambule un séjour d’une semaine ou le volume d’entrainement , les routes, les revêtements et la météo vont nous permettre d’avoir un large aperçu des capacités du Michelin Power Endurance. La pression sera toujours de 8 bars pour l’arrière et 7.5 bars pour l’avant. Les pneus sont dégonflés après la sortie.

Voici donc la structure qui compose le Michelin Power Endurance.
Le témoin d’usure est là pour vous indiquer qu’il est utile de changer votre pneumatique. Après 3000kms voilà ou nous en sommes.

Après quelques virages pris à une vitesse modérée (pour nettoyer sagement la surface de contact) on rentre très vite dans le vif du sujet. Comme notre roue arrière est équipée d’un capteur de puissance, les indications sont précieuses pour savoir si le rendement est correct ou non. Sur des parcours tests les différences sont nulles, nos temps d’ascensions sont égaux. C’est également la même remarque qui prévaut pour la puissance. Les deux ou trois watts de différence (273 watts en ascension contre 270) sont négligeables. C’est plus le feeling que vous avez avec ce pneumatique qui oriente ce choix.

La diversité du terrain : à l’aise et efficace partout

Sur le plat et une route sèche, la résistance est vraiment faible. On ne ressent aucune retenue sur le sol, le pneu ne vous colle pas à la route bien au contraire. On remarque un rendement très proche du Continental et la différence n’est pas vraiment marquante. Ce qui l’est plus c’est le rendu qui augmente favorablement avec la croissance de la vitesse. Lors d’une forte accélération le pneu travaille convenablement sans s’écraser ni se dérober.
Sur la prise d’angle on se sent en sécurité. On peut vraiment engager  et se concentrer sur la trajectoire car on sait que le pneu, l’accroche et la prise d’angle ne pose aucun souci.

Le schéma résume parfaitement les qualités du nouveau pneumatique Clermontois.
Le schéma résume parfaitement les qualités du nouveau pneumatique Clermontois.

On va aussi retrouver ce feeling dans une descente de col. L’enchainement de virages et balancer le vélo d’une épingle à l’autre est réel plaisir. Le descendeur va faire claquer un temps, le novice va prendre de l’assurance et suivre le train du groupe.

Sur une route humide on a volontairement gardé la même pression alors qu’il faudrait revoir cela à la baisse. Il faut prendre ses marques lorsque cela fait plusieurs jours que le temps est clément. Sur le plat il n’y a pas vraiment de différence, ça file toujours aussi bien. Sur les virages, l’allure est forcément moindre mais en étant raisonnable la vitesse de passage est correcte. On n’est pas au niveau d’un pneumatique typé sol humide mais il s’adapte parfaitement à cette situation. Une polyvalence assumée.

Un test ultime sur une route de type gravel bike

Voici donc la plus agression sur le Michelin Power Endurance que nous avons eu.
Voici donc la plus agression sur le Michelin Power Endurance que nous avons eu.

Le dernier test s’est fait un peu par hasard. Jusque là la carcasse n’avait pas eu à subir d’agression rédhibitoire, tout juste une très légère coupure sur le pneu arrière. Nous avons rencontré une route ou un rallye automobile a eu lieu quelques jours plus tôt. La route n’a pas encore été nettoyée et par conséquent les cailloux sont très nombreux sur plusieurs kilomètres. On décide d’emprunter cette route avec l’idée que la crevaison, ou pire déchirer le flanc du pneu va arriver. Quasiment 4 kilomètres de cette route sont parcourus. Pas de crevaison ni de dommage irrémédiable ne sont intervenus. On constate quelques légers impacts sur la gomme mais rien de plus. On peut vous assurer que beaucoup de cyclistes auraient fait demi-tour pour éviter ce type de route.

 » Le Michelin Power Endurance est un avaleur de kilomètres, une force tranquille.  »

Voici donc la structure qui compose le Michelin Power Endurance.
Voici donc la structure qui compose le Michelin Power Endurance.

Le test aura durée quasiment 3000 kms. Aucune crevaison, une usure vraiment minime. L’utilisation sur une cyclosportive très vallonnée ou le rythme est souvent soutenu a été faite avec la même satisfaction. Les descentes abordées à  très vive allure et la recherche de la performance bien présente. Le Michelin Power Endurance est un avaleur de kilomètres, une force tranquille. Sans prendre de risque, il est à conseiller pour l’utilisateur qui recherche un pneumatique endurant avec un excellent grip et une résistance à la crevaison de haut niveau. Les performances du Michelin Power Endurance ne sont pas anodines à l’arrivée progressive des vélos à freins à disques et des spécificités de cette technologie.

Pour retrouver les pneus vélo Michelin chez nos partenaires, cliquez sur votre marchand préféré !
PARTAGER
Sylvain Moros
Spécialiste du matériel vélo, technicien pointu, testeur exigeant et rédacteur principal de Velotech.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here